Ce matin

Comme un grand chat qui s’étire, les bras, puis les doigts s’allongent.
Une mèche de cheveux égarée, échappée pour mieux être tirée par tes doigts rendus gauches par la buée du sommeil. Tu me fais mal des fois. Tu m’en veux sans doute. Et je vais partir tu sais.