A vous dirais-je maman !

Comme je l’avais annoncé dans l’accueil de ce blog, le principe de ce dernier est le néologisme et j’avoue m’en être quelque peu éloignée ces quelques temps, mais rendons à César ce qui est à César et retournons dans le vif du sujet…

Ma petite escapade en France pour Noyel m’a rappelé bien sur, la douceur du foyer mais surtout la raison pour laquelle j’ai tant de raisons d’être fière de descendre du personnage aussi intéressant qu’est ma mère.

En effet, je l’avais déjà mentionnée, elle m’a donné tout ce qu’elle avait au point de ne plus rien avoir pour un autre, c’est sans doute pour ça que je n’ai jamais eu de petit frère… Et donc elle m’a dotée de la capacité suprême de créer des mots… Ainsi que d’en utiliser certains en étant persuadée qu’ils existent vraiment. Pour la plupart issus de régionalismes, dialectes ou autres fantaisies linguitiques simplement issus de son cerveau fécond. Des expressions nouvelles ou anciennes, il y en a pour tous les goûts et toutes les oreilles et quand bien même je suis au courant de cette particularité familiale, il m’arrive encore de me faire prendre en flagrant délit de néologisme sans même m’en apercevoir.

Pour exemple, il y a quelques années, mon chat (Charly, pour ceux qui connaissent) avait trouvé confortable pour des raisons connus de lui seul, de se cacher derrière la porte de la salle de bain dans l’espace exigu restant entre une porte et un mur lorsque la porte est grande ouverte. Mon colocataire -dont je tairais le nom puisqu’il est recherché par la police (!)- arrive joyeusement et me dit un truc du :

- Il est où Charlito ?

- La dernière fois que je l’ai vu il était bouissé derrière la porte de la salle de bain

- … ?

-… (mais pourquoi il me regarde comme ça?)

- Ahahahahahahahahahha !

Bref, des comme ça, j’en ai des tonnes. Le pire c’est que je ne me rend même pas compte qu’effectivement des mots dont le sens me paraît tout à fait logique puisque pour autant que je sache, le terme “bouisser” ne se trouve pas dans le dictionnaire mais n’a pas d’équivalent en bon français -je me retrouve vite dans l’absolue nécessité d’employer un terme que je ne saurai mieux exprimer…

Mais ATTENTION ! La majorité des termes familiaux ci-dessus employé ne s’emploient effectivement pas n’importe comment. Je vous laisse pour le moment en deviner la définition et son emploi en fonction du contexte. Et pour les plus tatillons, vous pourrez trouver une définition plus précise du terme dans le lexique mis en place récemment. ;)

“Un dictionnaire commencerait à partir du moment où il ne donnerait plus le sens mais les besognes des mots.” - (Georges Bataille)