In utero

Une vibration intense, un champ magnétique, une traversée fluide puis un courant électrique.

Un son, un seul. Comme l’écho de quelque résonnances déjà connues - cachées, au loin. Dans un au-délà oublié.

Une main qui se forme et se déploie. Des doigts longs qui s’entremêlent et dont la peau se plisse et se ride dans une atmosphère chargée d’un liquide vaporeux, filandreux, rassurant.

Un son, un seul. Qui annonce l’éternelle renaissance chaque fois que je l’entends se glisser dans le creux de mon oreille. 

Encore.

Toujours.