Equinoxe

Le jour et la nuit d’égale durée. En parfait équilibre. Entre deux solstices. Le jour où il faut faire des kilomètres pour trouver l’océan qui s’est retiré très loin pour être tranquille. Laisser le soleil s’en aller avant qu’il ne revienne au prochain printemps. Glas de l’été. Dernière sortie à la plage de l’année lorsque j’étais enfant.
Loin de la mer aujourd’hui. De l’océan qui m’a bercée pendant si longtemps. Et pourtant. Le vent. Les vagues. L’écume. Les oiseaux. Le sable. Interminable. Les rochers. Les coquillages. Les algues. Et ce ciel qui n’en finit pas de tomber dans les eaux perdues au loin.
Ce regard bienveillant sur la petite que j’étais. Sur la petite que j’ai toujours été. Ces sandales en platique que je détestais déjà. L’apprentissage du ramassage de bigorneaux, alors que j’ai toujours détesté les coquillages. Mon petit seau ridicule emporté par les flots de la marée remontée…
J’y penserai aujourd’hui, hier, demain et tous les jours qui suivent. Le ciel qui me regarde. Et toi dedans.