DB-Day


Les regards qui coulent à flot
Les cordes qui crissent sous ton archet et puis un refrain, un cliché quoi
Les gouttes qui perlent une à une
La force de ton étreinte
Les corps à l’unisson


Les étincelles que rien n’éteint
Après mon souffle sur ces bougies crépitantes
Ton souffle dans ma nuque
Et tes mots
Ma peau de petite fille malgré ce 28è printemps qui commence
Tu me le fais (re)marquer
Comme un reflet trouble
Les yeux grand fermés